Papa Wemba : légende de la musique congolaise

Par 2016-05-02 08:12:42

Papa Wemba a quitté ce monde suite à une mort subite ( Photo internet)

Jules Shungu Wembadio Pene Kikumba, constitue le vrai nom de l’artiste emblématique congolais connu sous le nom de Papa Wemba. Avec près de cinquante ans de carrière, il est considéré comme une des légendes de la musique congolaise et africaine. C’est un artiste africain emblématique et haut en couleur, il est considéré comme roi de la rumba congolaise, il est mort dernièrement (le 24 avril 2016) à Abidjan à la suite d’un malaise survenu sur scène. 

L’artiste congolais Papa Wemba est né le 14 juin 1949 à Lubefu en République démocratique du Congo (dans l’actuelle province du Sankuru), son vrai nom est Jules Shungu Wembadio Pene Kikumba.

C’est un artiste africain emblématique qui est considéré comme le roi de la rumba congolaise, c’est un pilier et un des artistes qui propulsera ce genre de musique (rumba) à l’échelle internationale.

Il participe également aux débuts du soukous, mais, la rumba reste sa référence malgré les autres styles abordés comme le rock, le ndombolo, et la world music, mentionne le site d’africultures.com.

En effet, dit ce site, dans les années 50, la Rumba congolaise devient célèbre et domine le continent africain, depuis lors, Wemba a tout ce qu’on aime chez les Africains entre autres, la vivacité, l’humour, l’intelligence et le talent.

Pendant ses 47 ans du métier, Papa Wemba est un chanteur, auteur-compositeur et acteur congolais. Il est le fondateur et dirigeant du label Viva la Musica, qui a recruté et formé des stars de la musique congolaise et africaine telles que Koffi Olomidé, King Kester Emeneya, etc.

A l’aide de sa mère pleureuse professionnelle, Papa Wemba a été initié régulièrement à la musique et au chant qui deviennent très vite sa passion. Toutefois, son père s’oppose totalement à ce que son fils devienne un jour musicien et rêve pour lui d’une carrière de journaliste ou d’avocat, précise ledit site.

Après la mort de son père en 1966, le jeune homme devient directement chantre de sa paroisse et se forge une voix très haute, qui sera une des caractéristiques de son style.

A la fin des années 60, il chante et joue avec divers groupes de la capitale Kinshasa. Comme tous les jeunes de l’époque Papa Wemba est profondément inspiré par la musique anglo-saxonne et se fait appeler alors Jules Presley, dit ce site.

Papa Wemba : un des fondateurs de Zaïko Langa Langa

En 1969, il participe à la naissance d’un des principaux groupes zaïrois des années 70, Zaïko Langa Langa. Figure de proue de la jeune génération Zaïroise le groupe dynamise la rumba nonchalante en vogue.

En 1975, fort d’une notoriété déjà solide, Papa Wemba quitte Zaïko et monte son propre ensemble, plus folklorique, Isifi Lokolé, puis un autre l’année suivante qu’on appelle Yoka Lokolé, mais tous deux ont une durée de vie éphémère, mentionne également le site d’époque-du-villagemolokai.skyrock.com,.

En 1980, il fait le tour de l’Afrique avec son titre "Analengo" qui se vend à 60 000 exemplaires. En 83, il enregistre un album avec le musicien Hector Zazou. Les deux artistes mettent en commun leur deux cultures et l’album "Malimba" est un exemple précoce de fusion entre Rumba Africaine et sons synthétiques.

Ce principe s’épanouit pleinement à cette époque, et de nombreux artistes Africains se lancent les uns après les autres dans ce mélange culturellement riche et commercialement prolifique que l’on nomme de plus en plus la "world music".

Les allers retours entre la France et le Zaïre se multiplient, mais il ne néglige pas l’Afrique pour autant. En 1983, il tourne dans tout l’Est du Pays, jusqu’au Rwanda et au Burundi.

En 1984, il joue dans le film Franco Zaïrois "La vie est belle". Mais le phénomène cette année là c’est la nuée de touristes japonais qui débarque à Kinshasa et qui s’emballe immédiatement pour la rumba congolaise. Pour Papa Wemba, c’est le début d’une brillante carrière nipponne.

En 1986, il s’installe en Europe où il s’impose très vite comme une star de la World Music. En 1988, après les sorties de ses albums "Siku Ya Mungu" et "l’Esclave" Papa Wemba entame une tournée internationale au Japon, Etats Unis, Europe, et participe aussi à de nombreux festivals, dit le dit site.

Il a aussi largement contribué à faire reconnaître la Rumba à l’international, après avoir signé au début des années 1990 sur le label de Peter Gabriel, Realworld. Le célèbre artiste a notamment dépoussiéré le genre en y ajoutant des instruments.

En 1997, il reçoit avec le Sénégalais Youssou Ndour le premier trophée de la musique Africaine en tant que meilleur artiste. En 1998, il sort son album "Molokaî", autobiographique, il fait le bilan de sa longue carrière, en 1999, il sort l’album "M’zée Fulangenge" où plusieurs style de musique se rencontrent (soukouss, zouk, salsa), dans le but de faire allier le goût des Africains à celui des Occidentaux, indique ce site.

Il chante notamment en l’honneur des 90 ans de Nelson Mandela en 2008 à Londres.
Papa Wemba, était un artiste irremplaçable, un homme pluriel qui a su transcender les générations et s’adapter à son temps, il était de tous les événements musicaux majeurs concernant le continent, rappelle l’Observateur.

Père de six enfants, Papa Wemba s’habillait chez les grands couturiers, il était depuis plus de 40 ans un des chanteurs africains les plus populaires. Voix haut perchée et personnalité flamboyante, il était une des grandes figures de la rumba congolaise et le prince de la SAPE (Société des Ambianceurs et des Personnes Elégantes), mouvement dont il a été l’un des initiateurs au Zaïre dans les années 70 et qui se caractérise par les plus grandes audaces vestimentaires, indique Le Huffington Post .

Il est à noter que le roi de la rumba congolaise, Papa Wemba est mort sur scène au petit matin du 24 avril, après s’être effondré en plein concert à Abidjan, où il participait au Festival des musiques urbaines d’Anoumabo (Femua).

Chantal Namukunzi

 

image

3 Comments

Join the Conversation