Parcours de la musique populaire rwandaise

Par 2016-07-20 12:07:14

Cécile Kayirebwa, l’un des artistes rwandais  longtemps appréciés ( Photo archives)

 

De la période précoloniale à l’ère actuelle, la musique rwandaise a connu un parcours allant de la musique purement traditionnelle et populaire, puis a côtoyé et quelque peu copié des styles étrangers, aboutissant à un métissage qui la caractérise à ce jour.

Selon une historique reprise sur le site www.musicinafrica.net,durant l’ère précoloniale, la musique rwandaise était dominée par les danses traditionnelles, communément appelées ”amaraba” et ”intore”, pratiquées au sein de l’itorero.

Selon toujours le site www.musicinafrica.net, quand le Rwanda a été colonisé par la Belgique, la musique rwandaise a été influencée par la musique belge. Des instruments de musique, comme la guitare et le piano, ont commencé à être utilisés. La musique importée, appréciée par les élites qui fréquentaient les salles de danse et les grands hôtels, s’est immiscée dans la vie quotidienne au Rwanda.

Avec le départ des Belges en 1961, le Rwanda indépendant s’est rapproché de la France. La musique rwandaise a continué à s’occidentaliser.

Beaucoup aurait été perdu sans les musiciens traditionnels

Dans la période post-coloniale, le Rwanda a produit des groupes locaux populaires comme ”Imena”, ”Nyampinga”, ”Les 8 Anges”, ”Les Fellows”, ”Impala”, ”Abamarungu”, …

Ces groupes étaient influencés par les musiques de toute l’Afrique, en particulier du Congo, ainsi que par le zouk et le reggae des Caraïbes.

Le génocide contre les Tutsi, a perturbé la production de la musique au Rwanda. Beaucoup de musiciens sont morts, tandis que d’autres se sont installés à l’étranger et ont emporté la musique de leur pays dans des villes comme Bruxelles et Paris.

Pendant longtemps, le rwando-belge Cécile Kayirebwa était sans doute le musicien rwandais le plus acclamé à l’échelle internationale, jusqu’à l’arrivée des rwando-canadiens Corneille et Jean Paul Samputu à la fin des années 90.

Au cours des dernières années, la production de la musique a progressivement repris. Cette renaissance est en grande partie dirigée par de jeunes rwandais.

Une nouvelle génération de stars a émergé, parmi lesquels il y a Kamichi, Mani Martin, Tom Close, Urban Boyz, King James, Knowless, Dream Boys, Rider Man, et Jay Polly. Beaucoup d’autres musiciens ont émergé pendant les 5 à 10 dernières années, comme par exemple Senderi International Hit, Jule Sentore, P-Fla, Bull Dog, Fireman, Active, Diana Teta parmi tant d’autres.

L’industrie de la musique au Rwanda en pleine croissance

Un nombre croissant d’entreprises investissent dans le développement de nouveaux talents, par exemple en organisant de grands festivals de musique comme Kigali Up et des compétitions comme Primus Guma Guma Super Star (PGGSS).

Le lancement de Primus Guma Guma Super Star, un concours local de musique organisé au cours des trois dernières années par la société brassicole locale Bralirwa Ltd, a révélé une nouvelle génération de jeunes musiciens tels que Christopher, Amag The Black, Bruce Melodie, et Young Grace.

Certains pourraient même dire que la scène musicale rwandaise est de plus en plus encombrée. Quelques-unes des stars de ces dernières années ont déjà disparu de la scène locale. On peut citer par exemple Kitoko, Miss Jojo, Miss Shanel, The Ben et Meddy. Cependant, The Ben et Meddy sont en train de se faire connaître aux Etats-Unis.

Aujourd’hui, la musique est l’un des secteurs émergents de l’économie du Rwanda. L’industrie de la musique populaire au Rwanda est en train de se développer.

Les genres musicaux qui dominent au Rwanda aujourd’hui ont vu le jour après le génocide de 1994. Il s’agit du hip-hop, de la R&B, souvent mélangé avec la ragga et le pop, du gospel et de l’afrobeat.

Le Hip-hop

Le hip-hop est populaire au sein de la jeunesse du Rwanda depuis le début des années 1980, en raison de l’influence américaine. Les musiciens hip-hop imitent le style des musiciens occidentaux comme Eminem et Lil’ Wayne.

Les artistes masculins portent des vêtements trop grands pour eux, avec de lourds colliers et d’énormes bagues. Les dames, quant à elles, préfèrent des vêtements extrêmement moulants et des tenues légères ; tout ça pour devenir célèbres.

Au début des années 80, DJ Berry (Nsabimana Abdul Aziz) a sorti le premier hit dans le genre hip hop. DJ Berry était une figure centrale durant les premières années du hip hop rwandais.

Après sa mort, en 1996, il a été succédé par des artistes, comme Diplomate, qui sont devenus célèbres dans le pays pendant les années 2000.

Diplomate a disparu de la scène depuis un certain temps. Toutefois, d’autres jeunes stars ont émergé comme Jay Polly, RiderMan, Bull Dog, Green P, Fireman, P-Fla et Ama G The Black.

La R&B

La R&B est un autre genre populaire qui domine la musique rwandaise. Il a été introduit au Rwanda par des musiciens comme Tom Close, The Ben, Meddy et Miss Jojo, entre autres. Parmi les stars actuelles du genre, il y a King James, Knowless et Christopher.

Jean Louis Kagahe

 

image

3 Comments

Join the Conversation