Paul Kagamé a répondu à l’invitation du Pape François

Par Admin 2017-03-20 11:46:34

Au lendemain de la nomination d’un nouveau nonce apostolique au Rwanda en la personne de Mgr Andrzej Jozwowicz, le Président Paul Kagamé s’est rendu au Saint-Siège où il rencontre ce lundi 20 mars 2017 le Pape François sous l’invitation de ce dernier.

Le Pape François ( internet)

Selon le site de radio vatican,http://fr.radiovaticana.va, le Pape François a nommé ce 18 mars 2017un nouveau nonce apostolique au Rwanda, Mgr Andrzej Jozwowicz.
Selon la même source, ce diplomate d’origine polonaise est né en 1965 et ordonné prêtre en 1990, pour ensuite entrer t au service de la diplomatie pontificale en 1997, occupant des postes au Mozambique, en Thaïlande, en Hongrie, en Syrie Iran et Russie.

Mgr Andrzej Jozwowicz prendra prochainement ses fonctions à Kigali. La nonciature apostolique au Rwanda était sans représentant depuis juin 2016. Détenteur d’un doctorat en droit civil, le nouveau nonce apostolique se sert de 5 langues internationales à savoir le français, l’anglais, l’italien, le russe et le portugais.

Le Mea culpa du Vatican pour l’implication des adeptes de l’église catholique dans le génocide des tutsi reste en suspens

Le déplacement du Président Kagamé au Vatican intervient quelques mois après le mea culpa de l’église catholique au Rwanda en faveur de ses adeptes qui ont trempé dans le génocide perpétré contre les tutsis au Rwanda en 1994.

La question du mea culpa exprimé par le Vatican lui-même qui ne vient toujours pas en faveur des adeptes de l’église catholiques qui ont trempé dans le génocide de 1994 avait été soulevée lors du récent 14 ème Dialogue national tenu en décembre 2016 dans l’enceinte du domaine militaire de Gabiro, Province de l’Est.

La question avait été commentée par le Président de la République après que le député Jean Marie Vianney Gatabazi eut évoqué le mea culpa présenté par le Saint-Siège pour l’implication de certains de ses prêtres dans des crimes de pédophilie à travers le monde.

Le porte-parole du Conseil épiscopal au Rwanda, Mgr Philippe Rukamba, avait, dès lors, tenté de justifier cette retenue du Vatican à présenter des excuses arguant qu’il ne savait nulle part où l’église aurait incité ses adeptes aux massacres jusqu’à demander pardon pour autant.

Tout en reconnaissant que certains adeptes de l’église catholique ont trempé dans le génocide des tutsis en 1994 de même qu’il ya des prêtres qui ont commis des actes de pédophilie, Mgr Rukamba admet qu’il ya des cas où le Pape peut présenter des excuses en faveur des prêtres qu’il considère comme des « enfants prodigues » qui ont commis ce crime mais non pas en tant qu’église qui l’a commis.

L’interrogation du Président Kagamé fut alors celle de savoir pourquoi « s’il ya des pays où le pape peut présenter des excuses en faveur des adeptes de l’église catholique pour les crimes qu’ils ont commis telle que la pédophilie, pourquoi la même chose ne pourrait se faire au Rwanda où ils sont reconnus avoir commis le génocide ? ».

Selon lui, « aux USA, en Australie ou en Irlande, ce n’est pas l’église qui a été taxée d’avoir commis des crimes, ce sont des individus appartenant à cette église, ce n’est pas l’institution. Ce n’est pas toute l’église qui a été condamnée. Mais partout là, l’église catholique par le biais du Vatican, a demandé pardon, voire payé des dommages et intérêts par endroits ».

Le Président Kagamé n’a pas exclu que ce non refus de présenter des excuses aux Rwandais pourrait être mal interprété par l’opinion, du temps que cela a été fait dans d’autres pays.

Nombreux sont des prêtres, frères et sœurs religieuses qui ont trempé dans le génocide des tutsis en 1994 à en croire différents écrits basés sur des recherches et enquêtes en la matière.

Certains d’entre eux sont en prison, d’autres errent encore de par le monde, juste le temps d’être arrêtés et traduits devant la justice pour leurs crimes.

Jean Louis KAGAHE

image

3 Comments

Join the Conversation