Uganda : Butabika apprécie la pénalisation sur l’alcool

Par Admin 2016-10-14 07:40:48

L’hôpital de référence de santé mentale de Butabika situé dans la ville de Kampala (en Uganda), apprécie l’avant-projet la loi portant sur l’excès de consommation de boissons alcoolisées. Ce dernier propose des sanctions sur la consommation de l’alcool dans ce pays.

D’après le journal ougandais Daily Monitor, l’hôpital de référence de santé mentale de Butabika qui se trouve à Kampala apprécie l’avant-projet de loi portant sur le contrôle de boissons alcoolisées.

Cette loi vise à consolider toutes les lois relatives à l’alcool et définir des sanctions sévères pour l’excès de la consommation d’alcool.

En outre, ce projet de loi proposé par un membre du parlement, Betty Nambooze, prévoit que l’alcool ne doit pas être vendu aux personnes de moins de 18 ans. Par conséquent, toute personne majeure qui osera acheter une boisson alcoolisée pour un (e) mineur (e) ou lui permettra d’accéder à des locaux de stockage, de vente ou de consommation des boissons alcoolisées aura commis une infraction. La peine sera de 10 ans de prison ou/et 20 millions de shillings ougandais, annonce Daily Monitor.

Selon Dr David Basangwa, directeur exécutif de l’hôpital Butabika, la consommation incontrôlée d’alcool est la principale cause des cas de maladie mentale endémique pour certains Ougandais.

"Si on remarque que quelque chose présente des effets négatifs sur la vie humaine, il s’avère nécessaire de mettre en place une loi pour la réglementation. Une fois que l’on prend de l’alcool en une petite quantité, il n’aurait pas d’effets néfastes sur vie humaine, mais le problème est l’abus d’alcool, raison pour laquelle la réglementation est très importante", déclare Dr Basangwa.

Ordinairement, poursuit-il, l’hôpital de Butabika, reçoit chaque jour environ 150 patients, avec des cas de maladie mentale que l’hôpital attribue à l’alcool et l’abus de drogues. Ceux-ci conduisent à une propagation accrue du VIH/sida, qui affecte également le cerveau menant à la maladie mentale. Ainsi, les gens ne devraient pas penser que la loi vient pour les priver de leur droit à la consommation d’alcool, mais plutôt comme une prévention contre l’abus d’alcool.

Le gouvernement ougandais et d’autres membres de la société civile ont également appuyé récemment ce projet de loi proposé au parlement, en disant que c’est une bonne initiative.

Pour Dr Sheila Ndyanabangi, principal médecin de santé mentale et de contrôle de la toxicomanie au ministère de la santé en Uganda, si on adopte ce projet de loi dans la législation ougandaise, elle permettra de réduire les dépenses publiques sur les maladies liées à l’alcool.

Chantal Namukunzi

image

3 Comments

Join the Conversation