Réconciliation : 97,4% prêts au sacrifice pour la paix

Par Admin, Gerard Rugambwa 2016-10-18 12:51:16

La Commission Nationale pour l’Unité et la Réconciliation (CNUR) a mené une enquête sur la perception de l’unité et la réconciliation au Rwanda. 97,4% des Rwandais attestent qu’ils sont prêts à sacrifier leur vie pour la paix et la réconciliation, alors qu’une autre strate composée de 84,1%, trouve qu’aucun autre génocide ne peut avoir lieu.

Selon le Secrétaire exécutif de la CNUR, M. Fidèle Ndayisaba, 97,4% des Rwandais sont prêts à sacrifier leur vie pour la cause de la paix et de la réconciliation du Peuple rwandais. A côté de ceux-ci, une strate de 84,1% est confiante qu’aucun autre génocide ne peut avoir lieu au Rwanda, vu la maturité des Rwandais sur les causes profondes du génocide contre les Tutsi de 1994. Ils attestent qu’ils ont été dupés à travers leur histoire.

Tels sont les résultats d’une enquête de la CNUR présentés au sénat. Selon cette enquête (2015) qui a lieu chaque fois après cinq ans, 92,2% attestent avoir participé dans les débats sur les causes profondes du génocide au Rwanda.

Parmi ceux-ci, 91% admettent que l’histoire du Rwanda a été manipulée et désorientée durant la période d’avant le génocide. C’est pourquoi, ont-ils souligné,” Le génocide contre les Tutsi a été commis par une large portion de Rwandais et dans un bref délai, avec plus d’un million de victimes”.

Malgré cette grande masse de Rwandais qui se battraient pour la cause de la paix et de la réconciliation, 27% d’enquêtés trouvent qu’il existe encore au Rwanda la différenciation des citoyens suivant leurs origines et ethnies en parallèle avec les autres 25,8% qui remarquent que l’idéologie du génocide est toujours implantée dans la communauté rwandaise.

Considérant la variable  : “confiance aux institutions publiques”, le gouvernement central a la côte de 95,8% d’enquêtés, la Commission Nationale de Lutte contre le Génocide (CNLG) est approuvée par 96%, le Parlement vient avec 91% et la CNUR réalise 94%. D’autres institutions sont bien aussi côtées comme les institutions judiciaires qui sont appréciées par 89,3% et la Commission Nationale Electorale qui attire la confiance de plus de 85% d’enquêtés.

Au chapitre des programmes politiques qui renforcent l’unité des Rwandais, les enquêtés sont 92,9% à dire qu’ils ont le plein droit de s’exprimer sur tous les programmes de l’Etat, de même qu’une autre proportion de 92,9% certifie qu’elle a droit à faire librement des pétitions. D’autres ajoutent (93%) qu’ils sont toujours libres de voter sans aucune influence de la part du pouvoir exécutif.

L’enquête prouve aussi que les Rwandais jouissent de la sécurité totale au seuil de 96,6% alors que ceux qui croient qu’ils ont les mêmes droits dans le secteur économique s’élèvent à 86%.

La CNUR a montré que les ethnies et l’idéologie du génocide constituent un frein à l’unité des Rwandais. M. Fidèle Ndayisaba a montré que les districts suivant  : Musanze, Rubavu, Gasabo, Nyarugenge, Ruhango et Nyanza, ont épinglé ce facteur d’ethnie comme un handicap à la réconciliation. A titre illustratif, le district de Musanze l’a montré au seuil de 79% et Nyarugenge à 76%.

La CNUR recommande le renforcement des programmes politiques qui consolident l’unité des Rwandais et de mener la guerre contre l’idéologie du génocide. La commission a rappelé les facteurs exogènes qui paralysent aussi les efforts conjugués aux assises de la réconciliation comme les faux rapports internationaux sur le Rwanda. Le sénat a été interpellé à jouer ce rôle moteur.

Safari Byuma

image

3 Comments

Join the Conversation