RD Congo : un député accusé de pactiser avec des miliciens dans le Kasai

Par Admin 2017-05-23 14:02:17

Député et ministre sortant du gouvernement Badibanga, Clément Kanku est soupçonné d’avoir des liens avec des miliciens qui agitent la région du Kasaï, en République démocratique du Congo.

Hon Clement Kanku, un élu de la région du Kasai ( photo-internet)

Selon des révélations faites par le journal américain New York Times, le parlementaire aurait joué un rôle dans l’incitation à la haine dans cette région congolaise. Le quotidien s’appuie sur des enregistrements audio entre le député et un supposé milicien .

Deux de ces fichiers audio, conservés sur l’ordinateur portable de la Suédoise Zaidan Catalán, un des deux experts de l’ONU assassinés dans le Kasaï, remonterait à août 2016 et comporterait une conversation à charge contre le député.

On y entend notamment un supposé milicien raconter, en langue Tshiluba, au parlementaire comment il a “brûlé” Tshimbulu. “C’est bon qu’on brûle tout”, renchérit Clément Kanku.

Le député aurait également ordonné l’assassinat d’un colonel et d’autres fonctionnaires. A Kinshasa, la presse, sur la base des révélations du New York Times, cite le député comme un acteur important dans l’assassinat en août 2016 du chef Kamuina Nsapu, dont les partisans animent dépuis une révolte dans le Kasaï.

Le gouvernement congolais, au courant de ces enregistrements, aurait déjà interrogé le parlementaire devant témoins pour avoir sa version des faits, fait savoir RFI. Pour l’heure, cependant, Clément Kanku n’a pas encore réagi officiellement à ces accusations.
L’autre question qui se pose est la corrélation entre ces enregistrements et l’assassinat des deux experts de l’ONU et leurs accompagnateurs en mars dernier dans la région du Kasaï.
Les audiences publiques prévues dans les prochains jours devraient permettre d’y faire la lumière.

Africanews

image

3 Comments

Join the Conversation