Rwanda : modélisme et stylisme à l’honneur

Par 2016-06-14 11:07:07

[caption id="attachment_3182" align="aligncenter" width="1044"]La modéliste Fiona Mutoni Ndarindwa, la modeliste qui participe dans les differents defilé de mode ( Photo Chantal N.) La modéliste Fiona Mutoni Ndarindwa, la modeliste qui participe dans les differents defilé de mode ( Photo Chantal N.)[/caption]


Du 19 au 24 juin 2016, 60 modélistes se rencontrent à Kigali pour une semaine du modélisme et stylisme ou "Kigali Fashion week". Au cours de cette semaine, différentes activités qui visent à promouvoir le métier de modéliste et styliste au Rwanda sont prévues.

Les activités à organiser pendant "Kigali Fashion Week" sont des séances de formations pour le métier de modélisme et stylisme, différentes visites sur terrain, ainsi que les activités de convivialité. Ladite semaine sera clôturée par une séance de défilé de mode à Nyarutarama.

Cette activité annuelle organisée par "Kigali Fashion House" vise à promouvoir le modélisme et stylisme au Rwanda.

En effet, Kigali Fashion week s’organise chaque année et rassemble les stylistes et modélistes de plusieurs pays du monde. Pour cette année 2016, cette activité qui réunit 60 modélistes, a une particularité de réunir les participants qui viennent de 11 pays de différents continents. Ces pays sont tels que la Belgique, Hollande, Japon, Inde, Etats Unis, Afrique du sud, Uganda, Kenya, sud Soudan, Burundi et la République Démocratique du Congo (RDC).

"Kigali Fashion week 2016 a une particularité par rapport à d’autres événements similaires des années antérieures, puisqu’il va réunir 60 modélistes de 11 pays, alors qu’avant les participants venaient de 7 ou 8 pays seulement," précise M. John Bunyeshuri, directeur de Kigali Fashion House, la maison qui organise ces activités modélistes chaque année.

Le grand événement de l’année à ce sujet aura lieu le 24 juin à Nyarutarama lors du défilé de mode et 60 participants sont invités à participer dans cet événement, précise John Bunyeshuri, l’un des organisateurs de Kigali Fashion Week.

"Kigali Fashion Week" : pour le partage d’expériences

Fiona Umutoni Ntarindwa est l’une des modélistes qui participent dans les différentes activités modélistes en l’occurrence, Kigali Fashion Week, Culture Fashion Show, et bien d’autres. Ces événements ont une importance capitale de partager les expériences avec leurs collègues de l’étranger, qui la plupart d’eux sont déjà en avance, d’autant plus que ce métier est encore jeune au Rwanda.

"Dans d’autres pays africains tels que l’Afrique du sud, le Kenya, la Tanzanie et l’Uganda (qui participent régulièrement dans ladite activité), ils sont en avance par rapport à nous. Alors, cette activité nous donne l’opportunité de partager les expériences en vue de développer de plus, notre métier" ; affirme la modéliste Fiona M. Ntarindwa.

De tels événements donnent une opportunité aux jeunes du métier à améliorer leurs connaissances puisqu’il y a des séances de formation qu’on reçoit pendant cette semaine. On trouve également l’occasion de rencontrer facilement d’autres collègues du métier plus expérimentés et qui ont une renommée et cela nous aide dans d’autres séances de défilé de mode, explique la modéliste Fiona Mutoni Ntarindwa.

Pour Mlle Jeanine Dusabe qui effectue également ce métier de modéliste depuis 2010, elle a participé dans plusieurs activités de défilé de mode au Rwanda et à l’étranger. Comme sa collègue du travail Fiona Mutoni, Dusabe affirme que le modélisme est un métier jeune au Rwanda. Mais, elle reconnait le pas franchi même si le chemin est encore long pour atteindre l’objectif escompté.

"Nous avons encore besoin d’expériences des autres pour en apprendre des leçons, cela est dans le but de développer notre métier, d’autant plus que le modélisme est un métier qui peut produire des revenus satisfaisants, s’il est bien pratiqué" ; déclare Dusabe.

Modéliste  : un jeune métier qui présente encore diverses contraintes

Cette dernière note, toutefois certaines contraintes auxquelles font face les modélistes au Rwanda entravant encore le développement de ce métier. Elle cite le fait que l’industrie de modélistes et stylistes n’est pas encore bien organisé, bien qu’on fournisse l’effort. Ensuite, les organisateurs des événements modélistes tel que le défilé de mode, n’ont pas une transparence dans le payement des modélistes et stylistes. La collaboration entre les modélistes, stylistes et organisateurs n’est pas plaisante, ce qui favorise de fois des disputes entre eux, souligne la modéliste Jeanine Dusabe.

Le monopole du marché pour les organisateurs des événements modélistes est une autre contrainte qui fait que les modélistes expérimentés parfois sont rejetés, et ces organisateurs préfèrent travailler avec les nouveaux qui sont moins payés ainsi donc, le métier ne trouve pas de progrès, pour ne citer que cela, mentionne-t-elle.

Il est à noter que le métier de modélisme et stylisme est un métier rentable pour ses pratiquants, elle peut produire des revenus satisfaisants quand il est bien développé. C’est un métier qui sert à montrer la créativité de mode et le style d’habillement en images. Ce métier montre encore comment on peut se tenir devant le public sans complexe. Il ne se limite pas à l’habillement comme certains le pensent. Plutôt il s’intéresse également à la présentation de certains produits tels que les cosmétiques, et bien d’autres, conclut Mlle Jeanine Dusabe.

Chantal Namukunzi


image

3 Comments

Join the Conversation